Eczéma, psoriasis et désir d’enfant

“Nous vivons une période passionnante en dermatologie avec l’avènement de plusieurs nouveaux médicaments pour nos patients” s’est enthousiasmée la Dr Elizabeth Kiracofe, experte en eczéma et psoriasis en pratique privée à Chicago lors de la réunion annuelle de l’American Academy of Dermatology (AAD 2023, New-Orleans 17-21 mars). “Ces médicaments interfèrent avec les voies de signalisation de notre corps qui sont impliquées dans la genèse et l’entretien de l’inflammation, et ce faisant ils sont efficaces pour réduire les démangeaisons et faire régresser les signes cutanés de l’eczéma et du psoriasis. Le point le plus excitant est que ces nouveaux médicaments ciblent de plus en plus précisément la source de la maladie et sont de plus en plus sûrs et efficaces. Le bémol est que la plupart de ces médicaments ciblés ne sont pas spécifiquement approuvés pour une utilisation pendant la grossesse et doivent souvent être interrompus lors de la planification d’une grossesse”.

Une intervention précoce du dermatologue

Voilà pourquoi Elizabeth Kiracofe plaide pour une intervention précoce du dermatologue, de façon à discuter des options de traitement les meilleures et les plus sûres et à les mettre en place pour assurer le bon déroulement de la grossesse. “Cela m’est très pénible de constater le nombre important de femmes qui pensent qu’elles doivent arrêter tout traitement pendant la grossesse, et donc je suis toujours heureuse de faire savoir que nous avons en fait un certain nombre d’options avec de très bonnes données de sécurité”, a-t-elle déclaré.

Une information importante que doivent connaître les femmes en désir d’enfant est que les médicaments les plus couramment utilisés comme première option de traitement pour l’eczéma et le psoriasis n’affectent pas la contraception, n’ont pas d’impact sur la fertilité, le délai de conception et la possibilité d’allaiter après la grossesse.
Quant aux femmes enceintes atteintes d’eczéma et de psoriasis, elles doivent savoir que les hydratants pour protéger la peau et les corticoïdes de faible ou moyenne puissance pour traiter les poussées légères peuvent être largement utilisés de façon sûre. La photothérapie (exposition de la peau à un type de lumière ultraviolette) est également une option possible sous supervision dermatologique.

Dr Jean-Claude Lemaire d’après un communiqué de presse de l’AAD

Jean-Claude Lemaire

Jean-Claude Lemaire

Lire sa biographie

Ces contenus pourraient aussi vous intéresser :

Bienvenue !

Identifiez-vous ci-dessous

Create New Account!

Fill the forms bellow to register

*By registering into our website, you agree to the Terms & Conditions and Privacy Policy.

Réinitialiser votre mot de passe

Merci d'entrer votre nom d'utilisateur ou adresse email pour réinitialiser votre mot de passe

Add New Playlist

Créez votre compte !

Remplissez le formulaire ci-dessous pour créer votre compte

Vous avez déjà un compte ? Login
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00