La ménopause qu’est-ce que c’est ?

Étape physiologique programmée de la vie de toute femme, la ménopause est souvent marquée par de multiples manifestations ayant un retentissement certain sur la qualité de vie. Tour d’horizon.

La ménopause correspond à l’arrêt par les ovaires de leur fonction ovulatoire (développement et libération des ovules lors des cycles menstruels) et de leur fonction endocrinienne (production des hormones sexuelles). Il en résulte que la femme n’est plus capable de procréer et que la production des hormones sexuelles typiquement féminines est très fortement diminuée (oestrogènes) ou totalement abolie (progestérone).

Pour les femmes concernées cela se traduit par l’arrêt des règles, mais aussi et surtout par la survenue de toute une série de manifestations physiques et psychologiques entravant la qualité de vie de celles qui les éprouvent.

Les bouffées de chaleur, accompagnées ou non de suées nocturnes constituent la plainte physique la plus fréquente. Elles peuvent déjà exister en périménopause (période de 2 à 3 ans qui précède la ménopause proprement dite et pendant laquelle les fonctions ovariennes diminuent progressivement).

Les principales manifestations psychologiques sont

  • une altération de la qualité du sommeil ayant des répercussions en termes de fatigue, de difficultés de concentration ou de troubles de la mémoire
  • des troubles de l’humeur de type tendance dépressive, anxiété, irritabilité, agressivité, sautes brusques d’humeur
  • une diminution de la libido, encore aggravée par la sécheresse vaginale.

A un stade plus tardif la ménopause se traduit par une sécheresse du revêtement cutané et de l’ensemble des muqueuses et en particulier uro-génitales (paroi vésicale à l’origine de manifestations de type cystite et paroi vaginale entraînant sécheresse puis atrophie), par une diminution de la souplesse corporelle et par la survenue d’arthralgies.

Enfin à long terme la ménopause a des répercussions osseuses (ostéoporose et risque accru de fractures), cardiovasculaires (perte de la protection apportée par les œstrogènes) et métaboliques (risque accru de diabète).

Rien de tout cela n’est systématique ni perpétuel chez les femmes ménopausées, mais en cas de présence, cela constitue un fardeau lourd à porter et pouvant persister très longtemps puisque l’espérance de vie des femmes est telle qu’elles passent environ le dernier tiers de leur vie en ménopause.

Aujourd’hui l’attitude est d’offrir à chaque patiente un traitement personnalisé, prenant en compte ses facteurs de risque personnels (tabagisme, cholestérolémie, glycémie, capital osseux, densité mammaire) et de ses plaintes. L’éventail des traitements dont disposent les médecins est suffisamment large et varié pour que puisse être apportée une réponse efficace et sûre adaptée à la majorité des femmes.

Jean-Claude Lemaire

Jean-Claude Lemaire

Lire sa biographie

Ces contenus pourraient aussi vous intéresser :

THS et saignements
THS et saignements
18/12/2022 
MéNOPAUSE
Hormones bio-identiques
Hormones bio-identiques
28/11/2022 
MéNOPAUSE
Le THS et le risque de cancer du sein
Le THS et le risque de cancer du sein
18/12/2022 
MéNOPAUSE

Bienvenue !

Identifiez-vous ci-dessous

Create New Account!

Fill the forms bellow to register

*By registering into our website, you agree to the Terms & Conditions and Privacy Policy.

Réinitialiser votre mot de passe

Merci d'entrer votre nom d'utilisateur ou adresse email pour réinitialiser votre mot de passe

Add New Playlist

Créez votre compte !

Remplissez le formulaire ci-dessous pour créer votre compte

Vous avez déjà un compte ? Login
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00