Traitement de seconde ligne de la cholangite biliaire primitive, les agonistes PPAR constituent une avancée majeure

A l’occasion de la journée des maladies rares, The New England Journal of Medicine publie les résultats des deux études randomisées contrôlées de phase 3 menées en double aveugle chez des sujets atteints de cholangite/cirrhose biliaire primitive non répondeurs ou intolérants à la chélation des sels biliaires par l’acide ursodésoxycholique, classique traitement de première intention de cette maladie auto-immune chronique en relation avec une destruction des petites cellules épithéliales des canaux biliaires intra-hépatiques.

L’étude ELATIVE fait état d’une réponse biochimique (amélioration des phsphatases alcalines et normalisation de la bilirubine totale) chez 51% des patients recevant l’agoniste PPAR α et δ elafinor vs chez 4% avec le placebo.

Sur le même critère biochimique, l’étude RESPONSE indique 62% de répondeurs avec l’agoniste PPAR δ seladelphar vs 20% avec le placebo.

Jean-Claude Lemaire

Jean-Claude Lemaire

Lire sa biographie

Ces contenus pourraient aussi vous intéresser :

Bienvenue !

Identifiez-vous ci-dessous

Create New Account!

Fill the forms bellow to register

*By registering into our website, you agree to the Terms & Conditions and Privacy Policy.

Réinitialiser votre mot de passe

Merci d'entrer votre nom d'utilisateur ou adresse email pour réinitialiser votre mot de passe

Add New Playlist

Créez votre compte !

Remplissez le formulaire ci-dessous pour créer votre compte

Vous avez déjà un compte ? Login
-
00:00
00:00
Update Required Flash plugin
-
00:00
00:00